Lumière et usages

Lors d’une ancienne discussion avec Jonathan, on avait abordé assez brièvement la question des ampoules connectées Hue de Phillips: de la technologie, sans doute assez marrante, mais qui se cherche et qui cherche encore un problème à résoudre.

Phillips avait déjà travaillé il y a quelques années (et ils le font encore) sur la luminothérapie avec une gamme de lampes pour contrer le mal d’hiver: malaise ou tristesse qui est due au manque de lumière et surtout de certaines fréquences d’ondes. Venant des tropiques j’avoue que ce malaise me parle très particulièrement.

Un article assez récent sur le New York Times, que je conséille de lire (oui, c’est en anglais), parle justement des recherches scientifiques et industrielles autour de la lumière et ses effets sur nous. Des lampes pour se réveiller plus naturellement, des éclairages pour mieux se concentrer ou des ampoules pour aider les enfants à se coucher et à garder un rythme circadien moins perturbé alors qu’ils utilisent de plus en plus d’écrans… Il y’a de la matière à réflexion et comme c’est cité sur l’article:

“La lumière n’est plus simplement quelque chose qui se fixe au plafond”

— Image d’entête : éclairage multicolore d’un salon avec les ampoules Hue / Phillips / DR