Le design pour demain

L’ordinateur sur votre bureau est plus puissant que les ordinateurs d’il y a cinquante ans qui remplissaient des salles entières. Votre ordinateur a, de plus, accès à plus de capteurs et possède plus de manières pour interagir que ces ancêtres. Il est même connecté à un réseau mondial de millions d’autres ordinateurs.

L’ordinateur dans votre poche — votre téléphone — possède plus de puissance que l’ensemble des ordinateurs des programmes spatiaux et lunaires. Encore, il a plus de senseurs, de capteurs, et moyens d’interaction.

Les tablettes sont aussi puissantes que votre téléphone et ont des écrans avec des définitions largement supérieures aux grands écrans des télévisions.

Nous sommes désormais si habitués à ce triumvirat d’écrans qui semble couvrir l’ensemble de nos besoins actuels d’accès à l’information et à la distraction à tel point que nous pensons parfois que cette offre est complète, du moins pour le moment.

L’internet des objets, ou les objets connectés, sont actuellement et pour la plupart des appareils satellites : de petits capteurs ayant peu d’intelligence qui augmentent le triumvirat décrit ci-haut. Mais plus le temps passe, et il passera de plus en plus vite, ces dispositifs deviendront de plus en plus petits, et embarqueront de plus en plus d’intelligence. Ça va devenir intéressant de considérer ces appareils non plus comme un triumvirat mais comme un continuum : d’éléments de la taille de grains de sable vers des points, des patchs, des timbres, d’éléments intégrés dans les tissus et les vêtements, d’appareils portables, et des appareils embarqués ayant une autonomie et une intelligence plus ou moins grand.

Mais si ceci est un continuum, une graduation de tailles et de capacités du plus petit jusqu’à l’ordinateur de bureau, pourquoi s’arrêter là ? Que se passera-t-il dans la direction opposée, d’objets connectés intelligents de plus grande échelle et d’envergure.

Ça semble évident que des voitures sont en voie de transformation entre des véhicules conçus seulement pour le transport vers des appareils intelligents qui sont aussi capable de mouvement et de nous transporter, et donc la même chose s’applique aux camions et bus, des trains et des avions. des appartements et maisons vont suivent quand les appareils et les capteurs se rassemblent pour constituer un maillage et le logement devient une cellule autonome mais intelligente en tant que partie d’un immeuble ou ville intelligente.

Ce qui nous pond à l’horizon est un continuum qui va de la planète jusqu’aux appareils de taille ‘nano’, avec des cellules quasi-autonomes à des stades différentes tout au longue de l’échelle. L’ensemble des ces appareillages demandent des réflexions concernant la sécurité et la vie privée, des usages et des interactions, des conséquences éthiques et sociétales. C’est le monde dans lequel vous allez exercer en tant que designer, alors autant commencer à y réfléchir.

— Image d’entête : Vue de la Terre depuis Messenger / Image courtesy NASA, John Hopkins University Applied Physics Laboratory, and Carnegie Institution of Washington. Caption by Rebecca Lindsey