Facebook et le nouveau bouton “empathique”

Une annonce du président de Facebook m’a particulièrement intéressée ces derniers jours. Je tiens à dire que je n’utilise Facebook que de manière très sporadique et que je ne suis pas particulièrement admiratrice de ce service.

L’annonce en question concerne l’emblématique bouton “Like” (“j’aime” en français) ou plutôt le manque d’autres boutons. La société serait en train de travailler sur un deuxième bouton ‘empathique’, loin du “Dislike” (“je n’aime pas”) que les utilisateurs réclamment depuis des années. Ce nouveau bouton permettrait d’exprimer une emotion… en faisant un click.

[Vidéo] Mark Zuckerberg répond aux questions des auditeurs sur le très demandé bouton “Dislike” / Facebook

Facebook n’a jamais voulu intégrer une option “je n’aime pas”, parceque pour les créateurs il ne s’agissait pas d’une communautée basée sur les votations, comme les forums ou comme YouTube. Soit, ils voulaient que ce soit une communauté amicale, positive, basée sur le partage… et avec des licornes et des arcs-en-ciel partout.

La vérité est que chaque “post” ou page d’utilisateur a, malgré tout, une valeur qui se mesure, non pas en pourcentage de “Likes” par rapport aux “Dislikes”, mais tout simplement par le nombre de “Likes”.

Et si les gens veulent montrer qu’ils n’aiment pas un “post”, nul besoin de passer par un bouton “je n’aime pas” : ils peuvent toujours se faire entendre en laissant des messages. Certains vont jusqu’à noyer les “posts” avec des commentaires négatifs ou avec du nonsens.

Au passage, YouTube avait un système d’étoiles avant de passer sur un système de “j’aime / je n’aime pas”. Pourquoi ont-ils fait cela ? Essentiellement parce que les vidéos étaient votées soit une étoile, soit cinq étoiles et rarement des valeurs intermédiaires. C’était un vote impulsif qui ne correspondait pas aux système d’étoiles.

Oui, le “Like” a des problèmes. Les publications et commentaires déplaisants, haineux, érronés, mesquins, déplacés, hors-sujet etc. ne sauraient appliquer au “Like”. Et les “posts” concernant des faits d’actualité dont les gens se sentent concernés, catastrophes naturelles, problèmes diplomatiques ou autres, n’ont rien à voir avec la question d’aimer ou pas. En effet, il semblerait assez ambigü d’aimer un commentaire sur un décès de famille ou sur l’explosion de Tianjin.

Mais est-ce qu’un deuxième bouton est une bonne réponse à ce problème? Encore faudrait-il savoir exactement l’intitulé du bouton. Cela pourrait être un “je ressens de l’empathie”, “je suis avec toi”, “je suis désolé”, ou en anglais “empathize”, “feel”, “sorry” vu qu’il vont peut-être partir sur un seul mot / verbe (ce n’est qu’une hypothèse). Je pense que relayer une émotion à un bouton est assez réducteur, de la même façon qu’exprimer son goût / amour pour quelque chose à travers un “Like” l’est.

Qui est plus, il faudrait que Facebook envisage de faire une multitude de boutons pour chaque type d’émotion. À ce moment là pourquoi ne pas imaginer un clavier emoji pour composer ses “émotions” et les envoyer?

Certes le bouton empathique ne serait qu’un petit geste pour montrer qu’on était là, qu’on pensait à telle ou telle personne. Des fois c’est tout ce qu’il faut, un petit signe, quelque chose d’amical. Mais, à mon avis, un click s’éloigne beaucoup trop d’un vrai geste sensible, tel un message personnalisé.

Par ailleurs, le bouton empathique serait probablement (oui, je spécule) aussi sujet au chiffrage : 10, 20, 100 personnes ont “ressenti de l’empathie”. C’est le même chiffrage qui s’applique actuellement aux “Like”, au nombre d’amis, de commentaires, d’invitations et d’anniversaires et qui est quelque chose qui frôle le comportement maladif, n’exprimant en rien la qualité du rapport existant entre les personnes.

Je prends alors l’annonce de Facebook comme une recherche ou une expérimentation qui soulève plein de questions sur comment on communique nos ressentis sur internet et j’attends de voir le résultat avec beaucoup de scépticisme.

— Image d’entête : Hypothétique icône “Dislike” / The Guardian

  • Ronan Benec’h

    Je trouve la problématique intéressante même si, comme tu le dis, un seul bouton pour représenter tout un ensemble d’émotion semble compliqué. Ils avaient déjà mis au point, pour le postage de statut, un état de “feeling” où l’on peut dire s’il on est heureux, triste, embarrassé, en colère.. On peut alors se poser la question de savoir si cet état déjà présent sur le réseau ne pourrait pas servir aux commentaires en plus des posts de statut.
    Et s’ils font vraiment un bouton, quelle forme aurait-il? Car s’il ressemble à un bouton dislike, même si des gens pourraient se poser la question de la signification du bouton, combien d’internautes n’y feront tout simplement pas un lien avec le bouton de youtube et ne serait donc qu’un bouton supplémentaire pour les rageux du net… Attendons de voir toute la forme que ça prend.