Gérer l’émerveillement dans les project DI

Une des idées dont nous discutons parfois lors de la phase de prototypage en DI est le concept d’anima ou l’âme des objets inanimés comme manière de créer un lien personnel et émotionnel avec l’utilisateur. Pour ce faire, une des approches peut être de créer un persona pour le produit afin d’aider à déterminer ses caractéristiques et personnalité pour mieux refléter les besoins de l’utilisateur – une serviteur convivial, un entité un peu espiègle ou surprenant, un tâcheron un peu littéral… et ainsi de suite. Bien implémenté, cette personnalité peut amener un peu de ‘magie’ dans un projet.

Nous avons eu cette conversation il y a quelques années quand il s’agissait de faire clignoter des LEDs avec des Arduinos, et nous avons remarqué que la manière d’allumer, d’éteindre, ou de faire clignoter des lumières peut insuffler une sorte de personnalité en changeant le rythme et l’attaque [courbes d’activation/désactivation] des lumières. Un bon exemple est la lumière qu’employait Apple sur leurs ordinateurs portables qui ‘respirait’ avec un rythme calme et naturel quand la machine ‘dormait’ [en veille].

C’était intéressant donc de lire cet article [un peu vieux] sur le site d’Ideo Labs qui traitait précisément de cette question. Et, par la suite, ils ont mis à disposition une librairie C++ pour Arduino pour gérer de multiples LEDs en simultané et en multitâche, et pour manager les comportements temps d’allumage, courbes d’allumage, etc.

Et un autre projet qui est un mélange intéressant de tangible et de numérique.

03_TheExperience_2.2

My Edit, dans son packaging de départ / Image : MultiAdaptor, DR

À FastCoDesign, John Brownlee raconte l’histoire de My Edit, un outil promotionnel de Think With Google, un des outils de marketing pour la promotion publicitaire des entreprises [par Google, bien sûr]. l’agence Londonienne MultiAdaptor a créé un objet hybride, mi-tangible, mi-digital, qui permet à l’utilisateur de choisir des options dans un carnet de notes, de cocher des cases sur des pages préimprimées puis le carnet déclenche automatiquement les réponses dans l’appli en-ligne de Google.

02_TheIdea_4.1

My Edit, en pratique / Image : MultiAdaptor, DR

My Edit est un carnet imprimé avec des encres conductrices qui passe dans une reliure, elle aussi conductrice, et connectée à un Arduino. Quand l’utilisateur coche les cases avec le crayon fournit, le graphite crée un lien ouvrant le circuit et activant les options sur l’Arduino qui envoie les données vers l’ordinateur.

Le but, explique Andy West de MultiAdaptor, était de non seulement le surprise de lier papier et internet, mais aussi de créer ce rapport émotionnel chez l’utilisateur.

À voir dans les commentaires de l’article chez Creative Review qui montre un projet [polonais, je crois] appelé Elektrobiblioteka] qui emploie un procédé similaire.

—Image d’entête : test de LEDs chez IDEO Labs / Image : IDEO