DaDa au XXIe siècle

Le mouvement DaDa — qui pourrait fêter son centenaire cette année, ou l’année dernière, ou l’année prochaine, ou jamais… — est, pour moi, le mouvement artistique le plus fécond du XXe siècle. Même si ce n’était, au fond, qu’un court moment de dégoût et révolte qui a rapidement explosé en vol, ses productions et propos continuent de créer une résonance de nos jours.

Nous trouvons trace dans le mouvement Punk de la fin des années 70 qui nous a donné Neville Brody [même si lui se revendique plus du côté des constructivistes] et l’éthique DIY qui continue aujourd’hui dans le détournement des objets et le mouvement Hacker/Maker. Et, plus tôt, dans les Merry Pranksters autour de Ken Kesey et le début du mouvement Hippy. Où serait David Carson sans DaDa ? La filiation avec quelqu’un comme Stefan Sagmeister est assez évident, mais sa présence existe aussi dans les collages et assemblages de Paul Rand. Brian Eno voit une parenté avec Erik Satie, et ses Oblique Strategies sont du pur DaDa. Et si la notion de ‘disruption’ est aujourd’hui employé plus dans le sens économique/business qui lui a donné Clayton Christensen, prise dans un sens plus large – le sens où nous l’entendons – c’est aussi un enfant de DaDa…

DaDa – DaTa semble être un mini-site – loufoque ? sérieux ? studieux ? – autour d’initiatives DaDaesques et une célébration de DaDa par la même occasion. Cela fait plusieurs semaines que je l’explore et j’y découvre encore des choses… Il semble que c’est un projet de Anita Hugi + David Dufresne pour Arte. Mais qui peut savoir…

Tout ce qu’il me reste à dire est : Gadji beri bimba clandridi, et merci à Rony Turlet pour le lien..