Les liens du dimanche — édition DI

Cette semaine les liens de dimanche ont tous un thème en commun… On y va.

Mira est un ‘robot’ construit par Alonso Martinez à Pixar et qui s’éclate quand on joue à cache-cache [du moins la version pour les tout petits, celui où on cache ses yeux seulement ; car les petits sont persuadés que quand on cache ses yeux, le monde disparaît – ensuite ils rirent de le retrouver en place quand ils les rouvrent]. C’est beau, drôle, touchant.

Je connais au moins une personne qui adorerait travailler chez Adafruit Industries. En plus d’être cool en développant et distribuant des composants très utiles pour les projets DI, Adafruit fait un travail pédagogique très utile. Et, en plus du travail pour les adultes, Adafruit Industries avait lancé une série pour les enfants pour expliquer comment fonctionnent les différents composants, et les débuts des circuits en électroniques [et même si la série se destine aux enfants, c’est une excellente approche aussi pour les adultes]. La dernière épisode — la prise de terre — vient de sortir, mais vous pouvez les retrouver toutes sur le canal YouTube d’Adafruit.

En parlant de choses cools, les encres conductrices sont fascinantes et assez faciles à employer. Voici un projet qui les utilisent pour créer un disque – enfin, plus un séquenceur — voir la vidéo pour la mode d’emploi…

Trouvée grâce à BoingBoingThe Walking Cube. La vidéo est pour le fun, mais pas seulement… Quand on veut faire mouvoir les objets, on a tendance à penser ‘moteurs’, mais ce n’est la seule possibilité. Ici 1024 Architecture utilise des systèmes pneumatiques, mais on peut envisager des vibreurs, des éléments piézoélectriques [pour faire des ‘muscles’], les changements de centre de gravité, etc.

Une autre trouvaille de BoingBoing, Connected Worlds, est un travail muséographique pour expliquer aux enfants comment fonctionne un écosystème. C’est plus de 300 m2 d’une installation interactive où les enfants peuvent interagir avec un environnement virtuel [assez poétique, d’ailleurs] et comprendre les interdépendances tout en s’amusant.

Et une autre installation, moins pédagogique, mais tout aussi réactive [et intrigante]. Antrum projette des formes sur une membrane et détecte les déformations de celle-ci pour intervenir sur les formes qui sont mathématiques, mais tellement complexes qu’elles ont l’air organiques par moments, comme des sortes de anémones célestes. Travail de Complexity Graphics / Tatiana Plakhova.

Pour finir, un travail d’intervention graphique — DESIGN/RELIEF — dans une communauté en difficulté : les zones côtières de New York qui avait été frappées par un ‘super-orage’ particulièrement violent. Ici les designers d’AIGA/NY sont partis à l’écoute des communautés pour aider les gens à se remettre. Ce n’est pas un projet numérique, mais c’est interactif dans le sens où les propositions ne fonctionnent qu’avec la participation des communautés, c’est pas une simple exposition. La démarche d’écoute des designers est intéressante et pertinente aussi.

À la semaine prochaine…