J’aurais tant voulu être Milton Glaser

Milton Glaser Discusses "The Design of Dissent" in conversation with designer Steven Heller. The Cooper Union for the Advancement of Science and Art November 13, 2017

Quand j’avais dans les 12 à 14 ans, je suis tombé sur un livre sur les créations graphiques de Milton Glaser dans un bibliothèque local. Dès que j’ai vu ce livre j’ai su ce que je voulais faire — la même chose. Créer des affiches, des polices de caractères, des logos, mais le tout avec des références subtiles à des choses qui me passionnaient comme les miniatures de la Renaissance, et le Pop Art, et l’Art Nouveau…

À cet époque, il n’est pas sûr que le métier de Designer graphique ou Graphiste existait de manière formelle. Le titre le plus rapprochant était Commercial Artist. Il n’est pas clair si ça voulait dire que les praticiens étaient des artistes qui travaillaient pour des commercials (de la publicité, en anglais), ou si c’était des artistes qui vendaient leur travail — chose rare à tout époque. 

Une chose est sûr, les conseillers en orientation ne connaissaient pas ce métier et passaient leur temps à insister que je choisisse un ‘vrai’ métier. Un jour en désespoir de cause j’ai dû passer une batterie de tests ‘psycho-métier’, où je devais indiquer des choix aussi incongrus que ‘Préférez-vous être soldat ou boucher ? Livreur ou boulanger ? et je ne sais pas quoi encore… La plupart du temps, la seule bonne réponse était : Aucun des deux, m’sieur. Mais ce n’était pas permis et on m’a renvoyé sur cette fiche dense de fausses equivalences tant que je n’avais répondu à tout. Puis, le conseiller sortait un tableau, notait les réponses et m’annonça que le test avait décidé ; je serais assistant social. 

Pourtant, j’ai persisté dans mon désir de métier toujours guidé par cette vision que j’ai entr’aperçu dans le travail de Milton Glaser. Avec le temps j’ai été happé par d’autres chemins : l’interaction Homme-Machine, la design de l’interaction, l’UX, Human-Centered Design … mais même dans ces disciplines il y a toujours l’exigence graphique de la clarté, de la métaphore ou l’illustration synthétique, de la présentation. Et donc, Milton Glaser restait à mes côtés. 

Quand j’ai ouvert mon journal ce matin, j’ai lu qu’il était mort hier, le jour de son 91e anniversaire. Pendant quelques jours il sera fêté, ses œuvres et accomplissements rappelés à notre souvenir, pour ensuite disparaître dans l’écume des jours. Pourtant, chez moi, il continuera à vivre, me rappelant le soin nécessaire à la réalisation, l’attention au detail, l’humour, les sources et les inspirations. 

Photo d’en-tête : Milton Glaser Discusses “The Design of Dissent” in conversation with designer Steven Heller. The Cooper Union for the Advancement of Science and Art November 13, 2017 / Photo : j-No / Flickr / licence CC : BY-NC-ND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *