Little Sun

L’artiste Olafur Eliasson, plus connu pour ses installations artistiques, a lancé en 2012 et grâce à la collaboration de l’ingénieur Frederik Ottesen, un projet qui s’intègre très bien dans les thématiques de la COP21 : Little Sun.

Il s’agit, en fait, d’une petite lampe en forme de tournesol, très facile à transporter et qui contient une série de batteries AAA qui se rechargent avec un panneau solaire intégré à l’arrière de la lampe. Elle a une durée d’activité correcte – entre 4 et 10 heures selon l’intensité de la lumière – ainsi qu’une bonne durée de vie : 5 ans.

Little Sun

En plus d’être un petit concentré de technologie, la lampe est plutôt économique. Elle coute environ 20 euros pour les pays du nord et un peu moins dans les pays du sud. Le but est de proposer aux derniers une lumière écologique et accessible qui puisse servir aux enfants pour faire leurs devoirs ou encore aux familles pour faire à manger le soir.

Tout ça a l’air fort sympathique mais il faut creuser encore plus loin. Little Sun touche à des problématiques profondes liées au changement climatique et au développement durable. On sait très bien que les populations qui seront le plus affectées seront celles qui ont déjà des problèmes économiques et sociaux majeurs, l’Afrique notamment.

Alors comment aider au développement de ces pays tout en aidant la planète? Faut-il, comme le dit la Chine depuis longtemps, forcément passer par la combustion du charbon et du pétrole pour se ‘developper’? Little Sun suggère un chemin différent et touche à l’idée d’un modèle énergétique basée sur l’autosuffisance et les énergies propres.

La lampe est vendue sur le site web ainsi qu’à certains lieux culturels, tels que la Gaîté Lyrique ou encore la Fondation Louis Vuitton.